Free Mobile : les meilleures offres concurrentes

A la suite de la contre-attaque de ses concurrents Free n’a plus l’offre illimitée la moins chère du marché.

A la suite de cette folle semaine d’annonces, Free n’a plus le forfait « tout illimité » le moins cher. C’est Zéro Forfait qui tient désormais la corde avec son offre à 18,90 euros/mois.

Pour comparer, il faut bien regarder les services qui sont compris dans chaque offre : bridage du débit après un certain montant de mégaoctets téléchargés par mois, appels internationaux illimités compris ou non, accès aux hot spots Wi-Fi de l’opérateur, etc.
Cliquez pour agrandir
Près de deux semaines après l’annonce fracassante des forfaits Free Mobile, le trublion du mobile n’a plus le forfait « tout illimité » le moins cher. Après Zéro Forfait et son forfait à 18,90 euros, c’est au tour de Coriolis Télécom, MVNO fonctionnant sur le réseau SFR, de passer en tête avec son forfait à 18,80 €/mois.
Pour ce prix canon, les services compris dans l’offre de Coriolis sont moins étendus que ceux de Free Mobile : les appels vers les fixes à l’étranger ou dans les DOM-TOM ne sont pas compris, le débit d’Internet est bridé après 500 Mo de téléchargement/surf mensuel, les MMS sont payants, pas d’accès aux hotspots Wi-Fi de SFR.
Pour comparer les offres entre elles, il faut donc bien regarder quels sont les services compris.

Du virtuel au réel : The Pirate Bay propose de pirater des objets

Une nouvelle rubrique vient de voir le jour sur le plus fameux des sites BitTorrent. Elle ne comprend encore que quelques fichiers mais qui représentent en partie, pour l’équipe de The Pirate Bay, le partage du futur : des objets que l’on peut fabriquer chez soi grâce à une imprimante 3D.

L’équipe explique sa démarche dans ce qui ressemble fort à un manifeste : « Nous pensons que la prochaine étape pour la copie sera de passer d’une forme numérique à une forme physique. Il s’agira d’objets concrets. Que nous avons décidé de nommer des Physibles. […] Nous pensons que les imprimantes et les scanners 3D ne sont que la première étape. Nous pensons que, dans un futur proche, vous imprimerez des pièces de rechange pour votre véhicule. Dans 20 ans, vous téléchargerez vos baskets. »

The Pirate Bay, qui n’a jamais oublié de conjuguer utopie, humour et provocation, précise que « le bénéfice pour la société est énorme. Plus de transports de quantités monstrueuses de produits autour du monde. […] Plus d’enfants au travail. Nous serons à même d’imprimer de la nourriture pour les gens qui ont faim. Nous ne nous contenterons plus de partager une recette, mais le plat entier. »

Avant de pouvoir télécharger votre prochaine paire de chaussures ou un hamburger, il faudra évidemment que les imprimantes 3D fassent d’énormes progrès… En attendant, vous pouvez acquérir une Makerbot (comptez au moins 1 000 $, tout de même) et vous amuser à télécharger différents modèles 3D sur la section Physibles de The Pirate Bay, notamment l’inévitable version 3D du bateau pirate, symbole du site !

Un disque imprimé à la maison

De la copie au piratage, il n’y a qu’un pas. Qui a été franchi avec facétie par cet internaute, qui a – à notre connaissance – créé les premiers disques « pirates » à partir d’une imprimante 3D. Il est, en effet, parvenu à faire jouer le générique de Portal (Still Alive de Jonathan Coulton) enregistré sur un disque « imprimé à la maison » sur une platine Fisher Price. Le résultat ne ravira pas forcément les mélomanes, mais le pari est réussi… Et stimule l’imagination. Il est d’ailleurs possible d’acheter une copie dudit disque – qui a réclamé pas moins de six mois de travail – sur le site Shapeways.com.

 

En 2015, Windows Phone 7 dépassera iOS…

A en croire le cabinet d’analyse prospective IHS, Windows Phone rattrapera et dépassera iOS en termes de part de marché d’ici 2015…

Au grand jeu des analyses prospectives, les descendants de la Pythie ont souvent l’occasion de se tromper et parfois même d’être la risée, plus ou moins polie, des observateurs plus réservés. La dernière révélation en date nous vient d’IHS, société d’études et d’analyses : en 2015, Windows Phone 7, le système d’exploitation mobile de Microsoft, aura dépassé iOS, le système qui anime les iPhone, notamment.

Si cela peut paraître surprenant, IHS justifie cette analyse par le poids de Nokia. « Combiné aux efforts de Nokia pour développer l’écosystème Windows Phone, le Lumia 900 et ses successeurs aideront Microsoft à se hisser à la deuxième place du classement des systèmes d’exploitation pour smartphones », explique ainsi Wayne Lam, analyste senior pour le département communication sans fil d’IHS. En 2015, Windows Phone 7 devrait représenter 16,7 % de parts de marché (PDM), contre environ 1,5 % actuellement, devançant iOS de seulement 0,1 %. Toujours selon cette analyse, Android continuera sa course en tête avec 58 % de parts de marché.

L’OS d’Apple perdrait 1,4 % de PDM et serait donc rattrapé. Les autres systèmes d’exploitation reculeraient davantage, qu’il s’agisse de BlackBerry OS, de Bada, ou de Symbian (l’OS historique de Nokia) qui possédait fin 2011 environ 17 % de parts de marché.

Bruxelles fixe de nouvelles obligations à Facebook et Google

Viviane Reding veut renforcer la protection des données personnelles. Parmi les mesures phares présentées par la commissaire européenne : le droit à l’oubli numérique. Les contrevenants subiront de fortes sanctions financières.
Ce n’est pas un mystère. Depuis plusieurs mois, certaines pratiques des Facebook,  Google et consorts sont dans le collimateur de Viviane Reding. La commissaire européenne à la Justice a présenté à la presse, ce mercredi 25 janvier 2012, un arsenal législatif afin de renforcer la protection des données personnelles des internautes.

La nouvelle directive, destinée à remplacer celle de 1995 devenue obsolète, instaure des sanctions financières pour qui ne suivrait pas le texte à la lettre.  « Ces pénalités pourront aller jusqu’à un million d’euros ou  jusqu’à 2 % du chiffre d’affaires annuel global de la société », indique Bruxelles dans un communiqué. « Les règles européennes s’appliquent même si les données personnelles sont détenues à l’étranger par des entreprises qui sont actives sur le territoire européen », précise la Commission européenne.

Le droit à l’oubli numérique

La mesure phare présentée par Viviane Reding concerne sans nul doute le droit à l’oubli numérique. Ainsi, les internautes « devront être en mesure d’effacer leurs  données s’il n’existe aucune raison légitime pour les conserver (…) » Sans le nommer, la mesure vise particulièrement le numéro un des réseaux sociaux. Facebook stocke les données concernant ses membres sur ses serveurs, même quand  ceux-ci ont supprimé volontairement toutes leurs informations. Ce droit à l’oubli concerne tous les sites Internet, à l’exception des sites de presse.
En outre, les entreprises Web auront pour obligation d’informer clairement les internautes de la manière dont seront gérées et utilisées leurs données.  Hasard du calendrier ? La veille de l’annonce de la Commission européenne, Google faisait déjà valoir sur son blog une évolution de sa politique en matière de confidentialité.  Le numéro un des moteurs de recherche promet de faire un effort de communication et de simplification quant aux informations qu’il collecte grâce à ses services. Ces modifications seront effectives le 1er mars prochain. L’américain expliquera surtout à chacun de ses utilisateurs  ce qu’il fait de leurs informations en les contactant par e-mail, quand ils ont un compte Gmail, ou depuis sa page d’accueil.

Une transposition en droit français d’ici à trois ans

Bruxelles estime donc que chaque internaute doit avoir accès à l’intégralité des données conservées  « mais aussi pouvoir les transférer d’un fournisseur de service à un autre ». Enfin, tout opérateur aura pour obligation d’avertir expressément ses utilisateurs de toute faille de sécurité concernant leurs données dans les 24 heures. Un principe qui ne va pas forcément de soi. Sony, lors du piratage de son service de jeux vidéo en ligne, avait mis une semaine à communiquer sur l’exposition des données de ses 77 millions de membres.
La directive devra être transposée en droit local dans les 27 pays de l’Union d’ici à trois ans.
source 01net

Hello Kitty et Dora l’exploratrice véhiculent des virus

Des sites a priori inoffensifs comme ceux consacrés à des jeux en ligne pour enfants figurent parmi les plus infectés de virus, selon une étude de l’éditeur de solutions antivirus Avast Software. Ses laboratoires ont détecté plus de 60 sites de ce type infectés au cours des 30 derniers jours, contenant tous les mots clés « jeu » ou « arcade » dans leur adresse internet.

Parmi ces plateformes destinées aux enfants, le site infecté le plus visité est Cutearcade.

com, qui regroupe de nombreux jeux et coloriages consacrés à Hello Kitty ou encore Dora l’exploratrice. Plus de 12.600 signalements d’infection ont été remontés depuis Avast! par les utilisateurs de l’antivirus en quelques jours. Cette infection prend la forme d’un cheval de Troie et redirige les internautes vers un site diffusant des logiciels malveillants.

Ondrej Vlcek, directeur des laboratoires Avast Software explique pourquoi les pirates privilégient ce type de site : « Ces différents jeux entraînent un certain nombre de clics. Les enfants, qui ne savent pas vraiment sur quoi ils appuient, ne sont pas conscients des éventuels risques et des conséquences. Cela rend leur ordinateur, ou celui de leurs parents, très sensible aux logiciels malveillants. »

La plupart de ces sites semblent légitimes, alors que certains ont été spécialement conçus pour diffuser des logiciels malveillants. Avast Software recense parmi les sites les plus infectés Cutearcade.com, Hiddenninjagames.com, Territoriogamers.com, 1st-kidsgames.com, Gamesbox.com, Jeux.com et Coolespiele.com. Seule une solution antivirus mise à jour peut préserver les ordinateurs de ces attaques.

source leparisien

Windows 8, la bêta téléchargeable librement fin février

Microsoft a présenté au CES la pré-bêta de Windows 8. Au menu : quelques améliorations et de nouveaux lecteurs audio et vidéo. Une mise en bouche en attendant la première bêta, qui doit sortir fin février.

Microsoft est sur le point de finaliser la bêta 1 de Windows 8.

Depuis septembre 2011 et la developer preview, on n’avait pas vu de nouvelle version du système d’exploitation de Microsoft.

En attendant la première bêta, prévue pour fin février (voir le calendrier ci-dessous), l’éditeur a présenté une mise à jour intermédiaire au CES de Las Vegas.

Dénommée Windows 8 build 8175 – la bêta 1 étant la build 8200 – cette version comporte de nombreuses petites nouveautés, mais rien de majeur.

Un nouveau geste tactile permet de fermer les applications Metro : il suffit de glisser son doigt du haut de l’écran vers le bas.

Plus anodin, il est désormais possible de changer simplement les couleurs de l’écran d’accueil en les choisissant dans une palette.

Toujours du côté des changements cosmétiques, la colonne de commande latérale rétractable (Charm Bar) devient transparente.

Calendrier de sortie de Windows 8

13 septembre 2011 : developer preview de Windows téléchargeable.

Avant le 21 janvier 2012 : pré-bêta.

23 janvier : bêta Escrow, compilations de builds créés pour être des bêtas potentielles.

23 au 28 janvier : les testeurs votent pour la version la plus apte à être présentée au public.

♦ 30 janvier : la bêta est montrée lors d’une présentation interne.

Fin février : Windows 8 bêta 1 téléchargeable.

Eté 2012 : sortie de Windows 8.

source 01net